Le général de Gaulle et la C.E.D.

« Si la C.E.D. passe,
c’est peut-être la preuve qu’il n’y aura plus rien à espérer de la France »

Charles de Gaulle

C’est un moment important de la traversée du désert du Général. Moment important et sujet essentiel qui touche à l’indépendance de la France.

Il se trouve aussi que le PCF est un allié de circonstance de Charles de Gaulle. Ce combat vainqueur aura, tout au long de la présidence du Général, des conséquences sur ses rapports avec les communistes, mais aussi avec les dirigeants de l’Union soviétique.

1950 : les débuts de la C.E.D.

Jean-Jacques Servan-Schreiber[1], journaliste au Monde, rédige le discours que le Président du Conseil doit prononcer à Lyon le 16 avril 1950. Il préconise la création d’un « Haut Conseil Atlantique pour la paix ». Déjà plus atlantique qu’européen. Pour Jean-Jacques Servan-Schreiber, il s’agissait de répartir entre les pays signataires de l’Alliance Atlantique les différentes charges économiques, militaires et atomiques.


Lire l’ensemble du document en version PDF : Le général de Gaulle et la C.E.D